COCHONNERIE

son corps pose comme un manteau sur moi et j’ai chaud—il faut partir pour nous manquer. je garde des mystères dans un sac en papier, et je me promène, chaque pas une petite déclaration qui hurle contre le béton.

le temps qu’on est séparé a un goût—peut-être vous le connaissez—un peu comme du vin rouge qu’on peut trouver en bas du rayonnage, trop cheap pour vendre. le cassier vous daigne lorsque vous l’achetez.

je le mets dans mon sac en papier et je retire une phrase pour elle donner plus tard, après le coucher du soleil. on ne dort jamais en colère. bien, on ne dort jamais trop en colère.

je crois qu’il y a une tache du suer sous notre matelas, mais aussi une tache des mots fétides. on songe des songes rances, vous les connaissez. un truc plus dans mon sac en papier.

je chante en pas lourds. elle sait quand je rentre. ce soir, elle est contente. elle aime toujours du vin cheap.

%d bloggers like this: